Les serres

ELIXAIR, pour lutter contre "l'effet de serre"

 

Près de 60% des foyers français possèdent un jardin. Une partie de l'activité générée est captée par les magasins spécialisés en jardinerie.Ces magasins concurrencés par la distribution généraliste développent de nouvelles stratégies d'implantation orientées vers les grandes ou très grandes surfaces dans lesquelles les serres occupent un espace important.
Pour que les visites dans ces magasins restent une expérience consommateurs positive, il est essentiel d'y maintenir une température agréable été comme hiver.

 

Les objectifs :

  • Juguler une température intérieure qui augmente rapidement à cause de grandes surfaces vitrées, ce qui nuit aux plantes, à la clientéle et au personnel
  • Maintenir une hygrométrie suffisante pour les plantes
  • Limiter le recours à la climatisation dans les espaces des jardineries et des serres  pour ne pas grever les coûts d'exploitation  et ne pas assécher l'air.

Le puits climatique est un équipement idéal qui fonctionne comme un régulateur naturel de température.

Exemple d'une jardinerie - Région Aquitaine

 

Le puits d’une longueur de 114 ml répartis en deux branches était assigné à tempérer l’espace serre.

 

 

 

 

En HIVER le débit était réglé pour que chaque branche apporte 550 m3/h.

Les relevés montrent que le puits est efficace en pré-chauffage nuit et jour et le gain auquel il concourt, intéressant malgré la zone climatique.

Par ailleurs, il assure sa fonction de régulateur naturel de température en permettant d'écrêter les températures.

En ETE, le débit est augmenté à 700 m3/h par branche afin de passer à un renouvellement d’air de 3 voire 4 V/h (contre 2 en hiver).
Les relevés montrent que le puis permet un rafraichissement réél et compense en bonne partie l’effet de serre, conformément aux attentes.

FOCUS sur la journée la plus chaude :

A l’issue de l’analyse des relevés, il a été conseillé de procéder en été à une surventilation nocturne avec by-pass du puits. De nuit, les températures extérieures s’avèrent en effet plus fraîches que celles restituées en sortie de puits.
Gain en chaud : 3 000 kWh en moyenne
Gain en froid : 2 000 kWh en moyenne

Pour un fonctionnement actif 63% du temps